Archives de Catégorie: sorcière

Couleurs du temps et mouchoirs en papier

Ma pauvre sorcière se traîne depuis quelques jours, dans les brouillards d’un début de rhume ou au moins d’un bien coup de froid. Quand on en pense qu’elle est allée la semaine précédente sillonner la forêt d’Orléans sous la pluie, et qu’elle en est revenue en pleine forme! Elle a pris froid en faisant ses achats pour les fêtes de fin d’année. Heureusement son chevalier l’a soigné et moi je me suis occupé de la soutenir, je fais très bien la bouillote. On dirait qu’elle va mieux, j’ai fait du bon boulot.

troene

Ma sorcière m’a dit : « Surprise Goodfellow, mon cher chaton, tu es noir et blanc, tu es blanc et noir. La chose est avérée, tu viens me voir, portant ton sombre petit masque de bandit, portant comme des bijoux tes interminables vibrisses blanches.

Noir et blanc, mais pas comme le jour et la nuit, la lumière et l’ombre. Ces histoires de lumière et d’ombre n’ont pas beaucoup de liens avec tes couleurs mon petit chat, c’est une autre histoire.

Non, tu es blanc comme est blanc le fond de notre oeil, tu es noir comme la pupille de ce même regard.

Tu es blanc comme les fleurs du poirier au printemps et tu es noir comme ses branches à l’automne. Tu es blanc comme les dernières pâquerettes et tu es noir comme les feuilles du dahlia qui ont connu la morsure du premier froid.

Tu es blanc comme les nuages qui courent dans le ciel et noir comme le merle qui s’envole. »

Ma sorcière m’a dit : « chat, tu es un coquin! Tu laisses des poils blancs sur mes pulls et tu laisses des poils noirs sur mes coussins. Tu viens la nuit me chatouiller le visage avec tes moustaches. Tu attends que je sois assise pour vouloir sortir ou rentrer, d’ailleurs pour vouloir changer de côté de la porte. »

Et puis ma sorcière m’a embrassé et j’ai eu droit à un rab’ de croquettes.

novembre 2008

L’Automne

Il est revenu avec ses rayons de soleil rasants, ses petits vents frrrrrrais, les étourneaux sur les antennes et les feuilles qui s’affranchissent de la chlorophylle. Je sais, sans hésitation, que l’automne est revenu : je trouve enfin les nids de merle « cachés » à 1 mètre du sol. Trop fort, les bêtes à plume, impossible de trouver les nids avant qu’ils ne les désertent.

Ce qui est chouette, c’est les petits coins au soleil et à l’abri des courants d’air, là on peut vraiment jouer à chat.

[Petite parenthèse pour laisser le clavier à ma sorcière :

Ça alors! j’ai été taguée! Sacrée Faellounette, même si je ne suis pas fan de tout ce qui ressemble à une chaîne, je veux bien jouer le jeu et donner 6 de mes manies :

1- je mâchouille l’intérieur de mes joues lorsque je suis concentrée ou perturbée

2- je ne supporte pas les étiquettes dans les vêtements et je les traque avec mes ciseaux, parfois au péril des coutures, parce qu’à des fois j’insiste d’un peu trop près sur ces espèces de *** de *** de fils plastiques qui piquent ou qui grattent.

3 – sur les trottoirs, je ne marche ni sur les grilles ni sur les plaques, une quasi-phobie navigant entre le souvenir de gamelles spectaculaires et autres glissades par temps humides et une vague angoisse de la bête tapie qui va vous attraper les chevilles et vous bouffer dans la cave  aaaaaaaaaaahhhhhhhhhhhhh! quelque chose comme ça.

4 – j’appelle toujours Surprise : « chaton ». Bien qu’il soit adulte c’est toujours le pauvre petit chat perdu qui m’a adopté il y a exactement 10 ans aujourd’hui.

5 – j’arrache les films plastiques sur les écrans de téléphone portable, les télécommandes … ça m’énerve presque autant que les housses en plastique sur les meubles.

6 – allez! une « hard » pour finir : je plie les pages de mes livres pour garder la marque, et quand je dis plier, ce n’est pas le petit bout du coin de la page, non non, c’est la moitié de la page. Comme je ne suis pas totalement perdue pour la civilisation, je réserve ce traitement aux livres de poche, en tout cas j’essaie au maximum d’éviter de le faire sur les livres qu’on me prête. Si, j’essaie, d’aboreuuuuuuuuuuuuuh!  ]

Mars 2008

Le dernier weekend du mois de mars, j’ai fêté mon dixième anniversaire ! bon c’est un peu approximatif : quand j’ai rencontré le vétérinaire la première fois, il a déclaré que j’étais né fin mars/début avril au vu de la grandeur des dents que j’essayais de planter dans son bras. Le temps passe mais je ne me plains pas : la vie est tranquille, il y a des voyages régulièrement à la campagne, là-bas des amis chats m’attendent pour jouer, chasser dans le jardin ou dormir sur les bottes de paille et dans les chambres, ma sorcière s’occupe de moi et m’aime, son compagnon est plus que sympathique (même si je dois les partager avec Pipo : nous avons une garde alternée de nos humains) et j’ai toujours des croquettes dans mon bol.

Je suis content d’être né au Printemps, il se passe des tas de choses intéressantes à cet saison : par exemple, au jardin, il y a une taupe qui fait courir les humains avec une brouette et une pelle pour récupérer la terre qu’elle évacue joyeusement au milieu de l’herbe qui repousse. On reconnait le trou de taupe du printemps à la pâquerette triomphante qui fleurit à côté et au fait que l’herbe est plus courte que ses feuilles. Il parait que la taupe ramène non selon de la terre mais aussi les cailloux cachés dans la terre et que leur maudite tondeuse n’aime pas mâcher les cailloux en coupant l’herbe. Donc ça ronchonne et ça récupère pour le tas de terreau, en fait j’aime bien car cela fait me des toilettes d’extérieures très confortables et je ne risque pas de me faire poursuivre pour un malheureux gratouillages dans des semis tentateurs.

Ce qui est bien aussi au mois de mars, c’est le grand nettoyage autour des jeunes arbres et des parterres , le drôle de personnage qui manie la faucille c’est ma sorcière toute enturbannée qui nettoie un carré (magique bien sûr) de jeunes érables sycomores et là c’est moi qui surveille l’avancement des travaux.

J’aime aussi goûter l’herbe verte et admirer les premières fleurs.

Mais il reste encore plein de cachettes à explorer sous les massifs d’arbustes plus anciens et des touffes d’herbes qui cachent l’entrée des tunnels des souris.

Surprise numérique

Pour cette nouvelle année, ma chère sorcière m’a offert mon portrait sur Meez.com :

Meez 3D avatar avatars games

c’est quand même moi le plus beau, non? Mais que voulez-vous, nous autres, familiers, sommes à la pointe de la modernité : à peine elle découvre une nouvelle application* qu’elle la teste sur moi. Pour le décor, on n’a pas trouvé de pièce assez en désordre pour atteindre le niveau créatif de désorganisation qui règne chez nous, m’enfin…personne n’est parfait.

Je souhaite à tous ceux qui liront ce billet une Miaourveilleuse Année 2008 !!!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

* merci Loreley Demi-Lune de nous l’avoir fait découvrir :o)

vacances de mai – 1

Ca y est les vacances de printemps se terminent, je ne suis pas fâché de rentrer surtout avec cette drôle de demi-pluie , si « en mai fait ce qu’il te plaît» pour moi ce sera « minet reste dans son panier » .

Tiger Didi aime manger les fourmis

Mais c’était quand même de belles vacances, avec les copains, à la campagne : j’ai traîné dans la cour avec Tiger-Didi qui aime manger les fourmis ou dans le jardin avec Cookie qui a les yeux de la même couleur que l’herbe. Si si, elle a les yeux verts comme l’herbe et les feuilles au printemps, c’est joli un chat lutin qui vous regarde avec des yeux de printemps. Cookie, de son « vrai » nom enfin celui qui est sur son carnet de vaccinations (Aaaaaaaaargh ! le vétérinaire, celui-là je l’aurai avec ses piqûres, son thermomètre et ses gouttes dans les yeux : il est terrible, trop rapide, et pourtant j’essaie à chaque rencontre de lui arracher au moins un doigt, mais je n’abandonne pas, il finira bien par baisser sa garde), Cookie disais-je donc est arrivée un soir, à peine sevrée et toute petite. Elle est restée petite d’ailleurs. Je n’étais pas encore là, c’était du temps de mon prédécesseur, l’autre chat magie qui a partagé la vie de ma sorcière auparavant : Champion le grand chat noir, qui dort maintenant sous un rosier, là où il aimait surveiller le jardin. Un soir, car c’est le soir qu’il arrive des invités chez les chats noirs, un petit miaou s’est élevé au fond de la cour. Un tout petit miaou à la fois interrogatif, affamé et perdu. Un petit miaou qui a fait bondir le chat noir jusqu’à sa source. Le chat Champion, inaltérable défenseur des chats perdus et des chatons sans défense, est revenu d’un pas décidé et a tellement insisté que ma sorcière est allée voir à son tour et a emmené de quoi nourrir ce pauvre petit miaou.

Le chat noir attendait au fond de la cour, là où commence le jardin, à la porte qui s’ouvrait sur la nuit que le petit chat ait fini de manger, plusieurs soirs de suite.Au bout d’une semaine le petit chat est venu le jour, après deux semaines le petitchat s’est laissé caresser, après trois semaines le petit chat est devenue Mina, un mois s’est passé et elle est restée toute la journée et dormait dans la paille ou au soleil parmi les autres chats, il a fallu quelques mois pour qu’on l’appelle Cookie la grisette, Cookie chaminette, Cookie la boulette… enfin tous ces genres de noms dont ils nous affublent quand ils nous aiment.

rencontre

sorcièreverte

Mais je ne me nourris pas que de l’adoration des foules, non j’ai un métier moi : je suis un familier. Parfaitement comme dans la grande tradition sorcière, d’accord, ma sorcière à moi n’est pas une pratiquante acharnée, elle ne déclenche pas de tempête et ne se déplace pas à bord d’un balai, elle a déjà assez de mal à passer l’aspirateur. « Mais enfin je suis une sorcière, pas une fée du logis ! », l’argument se comprend, mais je le soupçonne d’être un tantinet spécieux.
Ayant échappé à une enfance malheureuse dont je préfère taire et oublier les détails, j’ai entendu son appel, la magie était à l’œuvre et un lien s’est tissé . Du haut de mes 6 mois j’ai rompu les amarres et j’ai parcouru la ville jusqu’à ce que nous nous trouvions. Et depuis je veille sur elle .


veilleur