Archives mensuelles : avril 2008

Mars 2008

Le dernier weekend du mois de mars, j’ai fêté mon dixième anniversaire ! bon c’est un peu approximatif : quand j’ai rencontré le vétérinaire la première fois, il a déclaré que j’étais né fin mars/début avril au vu de la grandeur des dents que j’essayais de planter dans son bras. Le temps passe mais je ne me plains pas : la vie est tranquille, il y a des voyages régulièrement à la campagne, là-bas des amis chats m’attendent pour jouer, chasser dans le jardin ou dormir sur les bottes de paille et dans les chambres, ma sorcière s’occupe de moi et m’aime, son compagnon est plus que sympathique (même si je dois les partager avec Pipo : nous avons une garde alternée de nos humains) et j’ai toujours des croquettes dans mon bol.

Je suis content d’être né au Printemps, il se passe des tas de choses intéressantes à cet saison : par exemple, au jardin, il y a une taupe qui fait courir les humains avec une brouette et une pelle pour récupérer la terre qu’elle évacue joyeusement au milieu de l’herbe qui repousse. On reconnait le trou de taupe du printemps à la pâquerette triomphante qui fleurit à côté et au fait que l’herbe est plus courte que ses feuilles. Il parait que la taupe ramène non selon de la terre mais aussi les cailloux cachés dans la terre et que leur maudite tondeuse n’aime pas mâcher les cailloux en coupant l’herbe. Donc ça ronchonne et ça récupère pour le tas de terreau, en fait j’aime bien car cela fait me des toilettes d’extérieures très confortables et je ne risque pas de me faire poursuivre pour un malheureux gratouillages dans des semis tentateurs.

Ce qui est bien aussi au mois de mars, c’est le grand nettoyage autour des jeunes arbres et des parterres , le drôle de personnage qui manie la faucille c’est ma sorcière toute enturbannée qui nettoie un carré (magique bien sûr) de jeunes érables sycomores et là c’est moi qui surveille l’avancement des travaux.

J’aime aussi goûter l’herbe verte et admirer les premières fleurs.

Mais il reste encore plein de cachettes à explorer sous les massifs d’arbustes plus anciens et des touffes d’herbes qui cachent l’entrée des tunnels des souris.