Archives mensuelles : mai 2007

le train

le train

°°°°J’aime voyager en train, les nouveaux TGV Atlantique sont superbes et suffisamment confortables pour agréer un chat, leurs couleurs sont joyeuses et les fenêtres sont telles que je peux admirer le paysage. Oui, oui, j’aime voyager en train, même si nous avons un chauffeur préféré, le compagnon de ma sorcière, qui nous emmène parfois à bord de son fidèle carosse noir, ce qui me permet de ne partager le paysage qu’avec eux deux.

plaisir de voyager

 

))))Le voyage suit toujours le même chemin en apparence, mais c’est faux, ce ne sont pas les mêmes feuilles sur des arbres qui ont changé eux aussi, la peinture se modifie sur les volets, les voyageurs ne sont pas les mêmes, les nuages se transforment sans cesse. J’aime voyager en train, immobile, le monde défile à toute vitesse de chaque côté. Alors je peux rêver au jardin qui m’attend à l’aller, et au retour au plaisir de retrouver mon poste de guet au 3ème étage, là où je suis le seul roi de mes coussins, à narguer les pigeons que je terrorise de l’autre côté de la vitre.

vacances de mai – 1

Ca y est les vacances de printemps se terminent, je ne suis pas fâché de rentrer surtout avec cette drôle de demi-pluie , si « en mai fait ce qu’il te plaît» pour moi ce sera « minet reste dans son panier » .

Tiger Didi aime manger les fourmis

Mais c’était quand même de belles vacances, avec les copains, à la campagne : j’ai traîné dans la cour avec Tiger-Didi qui aime manger les fourmis ou dans le jardin avec Cookie qui a les yeux de la même couleur que l’herbe. Si si, elle a les yeux verts comme l’herbe et les feuilles au printemps, c’est joli un chat lutin qui vous regarde avec des yeux de printemps. Cookie, de son « vrai » nom enfin celui qui est sur son carnet de vaccinations (Aaaaaaaaargh ! le vétérinaire, celui-là je l’aurai avec ses piqûres, son thermomètre et ses gouttes dans les yeux : il est terrible, trop rapide, et pourtant j’essaie à chaque rencontre de lui arracher au moins un doigt, mais je n’abandonne pas, il finira bien par baisser sa garde), Cookie disais-je donc est arrivée un soir, à peine sevrée et toute petite. Elle est restée petite d’ailleurs. Je n’étais pas encore là, c’était du temps de mon prédécesseur, l’autre chat magie qui a partagé la vie de ma sorcière auparavant : Champion le grand chat noir, qui dort maintenant sous un rosier, là où il aimait surveiller le jardin. Un soir, car c’est le soir qu’il arrive des invités chez les chats noirs, un petit miaou s’est élevé au fond de la cour. Un tout petit miaou à la fois interrogatif, affamé et perdu. Un petit miaou qui a fait bondir le chat noir jusqu’à sa source. Le chat Champion, inaltérable défenseur des chats perdus et des chatons sans défense, est revenu d’un pas décidé et a tellement insisté que ma sorcière est allée voir à son tour et a emmené de quoi nourrir ce pauvre petit miaou.

Le chat noir attendait au fond de la cour, là où commence le jardin, à la porte qui s’ouvrait sur la nuit que le petit chat ait fini de manger, plusieurs soirs de suite.Au bout d’une semaine le petit chat est venu le jour, après deux semaines le petitchat s’est laissé caresser, après trois semaines le petit chat est devenue Mina, un mois s’est passé et elle est restée toute la journée et dormait dans la paille ou au soleil parmi les autres chats, il a fallu quelques mois pour qu’on l’appelle Cookie la grisette, Cookie chaminette, Cookie la boulette… enfin tous ces genres de noms dont ils nous affublent quand ils nous aiment.